La place Luza :
 
La placa s'élargit à l'est et forme ainsi la petite place Luza, qui était autrefois un marché. Au milieu de la place se dresse la fameuse colonne de Roland et elle est entourrée d'édifices administratifs et ecclésiastiques d'une grande importance, tels que l'église Saint-Blaise, patron de la ville, le palais du Conseil Majeur, la Tour de la Garde, la Tour de l'Horloge, la petite fontaine d'Onofrio, l'ancienne loggia et le palais Sponza. C'est sur cette place qu'ont lieu toutes les grandes festivités, telles que la fête de Saint-Blaise ou encore, l'ouverture du festival d'été de Dubrovnik. 

La petite fontaine d'Onofrio :
 
La petite fontaine d'Onofrio se situe au pied de la Tour de la Garde, à l'est, à l'autre bout de la Placa, et approvisionnait en eau, le marché qui autrefois, se trouvait sur la place Luza. La petite fontaine d'Onofrio fût érigée en 1438. Les ornements sculpturaux fûrent exécutés par Petar Martinow de Milan. Au moyen âge, seuls les chrétiens pouvaient s'y approvisionner, les juifs ayant leur propre fontaine. 


 
La colonne de Roland (Orlandov stup) :
 
Au milieu de la place Luza, la colonne de Roland, de style gothique, connue sous le nom de colonne d'Orlando, fait référence à Roland de Roncevaux, le chevalier de Charlemagne, qui selon la légende, aurait sauvé Dubrovnik des arabes. Mais en fait, il s’agit plus vraisemblablement de la statue du roi hungaro-croate Sigismond. Elle a été sculptée par Bonino de Milan en 1418. Le drapeau blanc de la liberté de la république de Dubrovnik, à l'effigie de son patron saint Blaise flotte au sommet de la colonne. Tournée vers le Nord, la statue de Roland était autrefois tournée vers l'Est. La longueur de son avant-bras représentait une mesure de longueur qui était de 51,2 cm et qu'on appelait "la coudée ragusaine".
 


L'église Saint-Blaise (Crkva sv. Vlaha ) :

 
L'église Saint-Blaise a été construite en 1715 par l'architecte vénitien Marino Gropelli sur les fondations de l'ancienne, détruite par un incendie lors du tremblement de terre de 1706.
Cette église de style baroque, est dominée par une coupole ovale. Sa façade est décorée de quatre colonnes.
L'église Saint-Blaise est composée de trois nefs. Les ornements (marbre, dorures, scultures) rivalisent de beauté.
L'autel principal abrite une statue gothique de Saint-Blaise en argent doré datant du XVème siècle, miraculeusement retirée miraculeusement intacte du feu. Outre sa grande valeur artistique, cette statue a également une valeur historique étant donné que le saint tient dans sa main gauche une maquette de la ville médiévale de Dubrovnik sur laquelle on peut facilement reconnaître les édifices détruits par le grand tremblement de terre. 







Le palais des Recteurs ( Knezev dvor ) :

(Ouvert de 9 H 00 à 18 H 00)

 
Le palais des Recteurs, de style gothique et renaissance, date du XVème siècle et a été construit sur les ruines d'une forteresse (castellum) détruite par un incendie et est l'oeuvre d'Onofrio di Giordana della Cava (architecte de Naples). Les ornements sculptés du palais furent exécutés par Piétro di Martino de Milan.
En 1463, l'édifice, à peine terminé, fut endommagé par l'explosion de l'arsenal. On le restaura et on y ajouta un superbe portique. Lors du séisme de 1667, le palais fût endommagé puis doté d'une nouvelle façade et d'un escalier baroques.
Le palais a été totalement achevé en 1739. Jusqu'en 1808, il servit de résidence au recteur qui gouvernait Dubrovnik.    




Situé au dessus de la porte de l'entrée principale, le texte en latin "oublier son propre destin pour se consacrer aux affaires publiques" était destiné à rappeler au recteur, sa mission.



L'atrium ou cour intérieure, chef-d'oeuvre d'Onofrio, est bordée d'un portique de style renaissance. L'escalier à balustrades est de style baroque. A son pied se trouve un buste en bronze réalisé par Pietro Giacometti da Recanati datant de 1638 et représentant MIHO PRACAT (Michaeli Prazzato), un riche armateur qui légua toute sa fortune à la ville de Dubrovnik. 


  


Au premier étage du palais, se trouvent les appartements du recteur et dont les meubles datent du XVIIIème siècle. Le recteur, qui appartenait obligatoirement à la nobelle, était élu pour seulement un mois. Durant la période de son mandat, il restait confiné dans le palais afin de ne pas soumis à une éventuelle corruption du monde extérieur. Il recevait chaque soir, lors d'un cérémonial, les clefs des portes de la ville dont la garde lui fut confiée durant la nuit, afin que personne ne puisse entrer dans la cité. 




 




Créer un site
Créer un site