Le monastère franciscain des frères mineurs (Franjevacki samostan) :

(accès par le passage situé entre l’église Saint-Sauveur et l’église des Franciscains)
 
Horaires d’ouverture : 9:00 – 18:00 (30 KN)
 
La construction du  monastère des Franciscains a débuté en 1337. Le cloître, de style roman a été réalisé en 1360 par l’architecte albanais Mihoje Brajkov de Bar et dont le nom est gravé sur la colonne d'angle. Les quatre galeries d’arcades romanes reposant sur de fines colonnes jumelées encadrent un jardin composé de haies et de palmiers, au centre duquel se trouve un puit de style gothique avec une statue représentant Saint-François. Vers 1860 ont également été peintes des fresques représentant la vie de Saint-François.
Un second cloître (non accessible au public car réservé aux moines) datant du XVIème siècle, de style gothique et doté d'un puit est visible des remparts.





La bibliothèque du monastère des franciscains :


Le monastère comprend une bibliothèque datant du XVIIème siècle (fermée au public) contenant plus de 30000 ouvrages, 1500 manuscrits, 137 incunables, 7 livres de vieux cantiques.



Le musée du monastère des franciscains :

Le monastère comprend aussi un petit musée où sont exposés des ustensiles anciens qui étaient utilisés par la pharmacie du couvent, des peintures précieuses de maîtres datant du XVème siècle ainsi qu’un tableau reproduisant la ville de Raguse avant le tremblement de terre de 1667, une relique de Sainte Ursula datant du XIVème siècle et des pièces d’orfèvrerie en argent et en or telle que la croix de procession de Jean de Bâle datant quant à elle de 1440. 



La pharmacie du monastère des franciscains :  


La pharmacie est l'une des trois plus vieilles d'Europe, et la plus ancienne encore en activité. L'année de sa fondation est la même que celle du couvent, à savoir 1317. Les données historiques se rapportant à sa fondation furent emportées par le feu en même temps que les archives et la bibliothèque lors du tremblement de terre de 1667. A l'origine, elle servait de pharmacie pour les besoins des frères malades. Elle servait également de source de revenu pour les frères ainsi que pour l'entretien du couvent. Pour des raisons humanitaires et caritatives, la pharmacie est devenue publique.
Dans un premier temps, la pharmacie fut installée au rez-de-chaussée du couvent, entre la sacristie et la salle capitulaire. Elle était ainsi accessible à l’ensemble des citoyens. En 1681, elle fut déplacée dans le cloître supérieur à proximité de l'hôpital du monastère. En 1741 le pape Benoît XIV interdit l'ouverture au public des pharmacies monastiques. Mais compte tenu de la tradition et de la grande réputation de cette pharmacie, le pape Pie VI autorisa sa réouverture en 1794.
Au début du 20ème siècle, la pharmacie fût de nouveau déménagée dans les locaux du rez-de-chaussée, mais cette fois, près de l'entrée même du couvent où elle s’y trouve toujours. Ainsi que le rappelle une plaque commémorative dans le cloître, les locaux ont été meublés et aménagés aux frais d'un mécène, amateur d'antiquités ragusaines : le chevalier Ignacije Amerling. En 1947, les autorités de l'Etat nationalisèrent la pharmacie des moines. Elle possède encore de précieux livres de pharmacologie et de médecine. 
Les meubles de la pharmacie datent du XVIème siècle. La pharmacie abrite également des vases de Sienne et de Florence datant des XVème et XVIème siècles.
Pour mémoire, les pharmacies d'autrefois étaient de véritables petites "manufactures" qui produisaient des médicaments à partir de substances naturelles. 








Créer un site
Créer un site